MOTILIUM

25/02/2014 13:26

Motilium Un médicament trop dangereux

Selon la revue Prescrire, le Motilium et ses génériques (dompéridone) font vraisemblablement entre 25 et 120 morts par an. C’est trop pour un médicament censé soulager les nausées ou les vomissements, troubles sans gravité et qui passent tout seul...  Mieux vaut ne pas utiliser ce médicament. 

Motilium

En dépit de son nom aux consonances de champagne, la dompéridone  (que l’on trouve dans le Motilium et ses génériques) n’est pas un médicament particulièrement glamour. Il est prescrit contre les troubles digestifs bénins (nausées, vomissements), notamment en cas de gastro-entérite. Et il peut être mortel.

La revue Prescrire a éclairé, mercredi 19 février, cette face sombre du médicament en dévoilant un travail inédit. Ils ont réalisé une estimation du nombre de morts imputables à la prise de dompéridone, en France, en 2012. Résultats : le Motilium et ses génériques ont vraisemblablement provoqué entre 25 et 120 décès dans l’année. La dompéridone était déjà connue pour provoquer des troubles du rythme cardiaque pouvant conduire à des morts subites. Cet effet indésirable, présent dans la notice, est très rare. Mais multiplié par les 3 millions de Français au minimum (1) qui en ont pris en France en 2012, cela se convertit en un total non négligeable.

Danger sans contrepartie

Ce risque mortel est d’autant moins admissible que l’efficacité du Motilium et de ses génériques est modeste. Les autorités de santé jugent leur intérêt « insuffisant » contre les douleurs et brûlures d’estomac, « modéré » contre les nausées et vomissements. Ces derniers troubles sont certes très désagréables, mais passagers et en général sans gravité. Dans ces conditions, est-il justifié de prendre un risque cardiaque ? Non, « c’est disproportionné » a estimé Bruno Toussaint, le directeur éditorial de la revue Prescrire. En mars, l’Agence européenne du médicament devrait annoncer les conclusions de son travail, lancé il y a un an, de réévaluation de la dompéridone.  Craignant que les autorités ne préconisent que de simples mesures de restrictions, Prescrire invite à « écarter définitivement » cette molécule.  « Pour nous, la dose optimale et la durée optimale de prise de ce médicament, c’est zéro ».

Quelles alternatives ?

Que prendre alors ? En cas de douleurs d’estomac dues à un reflux acide, les médicaments de la famille de l’oméprazole (Mopral), de l’ésoméprazole (Inexium) ou autres sont nettement préférables. En cas de nausées et de vomissements, des mesures diététiques (boire régulièrement à petites doses, fractionner les repas, par exemple) peuvent aider. Si un médicament est jugé indispensable, le métoclopramide (Primpéran ou autres) peut être envisagé, avec « beaucoup de prudence », souligne Prescrire qui rappelle que ce médicament expose aussi à des effets indésirables importants. 

Rappel

La dompéridone est parfois prescrite, hors de toute autorisation, aux femmes qui allaitent. Le Motilium et ses génériques entraînent en effet, entre autres effets secondaires, une stimulation de la production de lait. En décembre 2011, l’Agence du médicament a publié une mise en garde. Sur la base des risques cardiaques liés à cette molécule, elle rappelait que la dompéridone ne doit pas être prise au cours de l’allaitement.  

(1) Les enfants et les adultes atteints de cancers ont été exclus des calculs.

Source : Prescrire http://www.prescrire.org/fr/3/31/49187/0/NewsDetails.aspx